Vallouimages

Site sur Vallouise, les Écrins, les Alpes et bien d'autres massifs, régions et pays

 

 

 

 

le portail de l'Oisans

 

Home  Accueil 
Oisans - Accueil
Vallouise  Les Écrins 
Haute Romanche
Vallée du Vénéon
Grandes Rousses
St-Christophe-en-Oisans
Vénosc
La Bérarde
Lac Lauvitel
Toponymie générale
 

______________________

Cliquer sur les photos

pour les agrandir

______________________

Carte du Lauvitel

Carte du Lauvitel, 1935

Service Géographique de l'Armée, 1935

______________________

Le Lauvitel

Le Lauvitel (1500 m) à la fin du XIXe siècle

Fin XIXe siècle

______________________

Le Lauvitel

Le Lauvitel (1500 m)

Vers 1900 - Cliché Oddoux

______________________

Le Lauvitel

         Le Lauvitel (1500 m) depuis l'amont - Au fond, le massif des Grandes Rousses et le Glacier de Sarenne

Vers 1920

______________________

Le Lauvitel - Asphodèle

Le Lauvitel (1500 m) - Asphodèle blanc - Asphodelus albus - Liliacées

Début juin 2006

______________________

 

 

Le Lauvitel ou Lac Lauvitel

Fiche descriptive :

Commune : Bourg-d'Oisans

Localisation : rive gauche du Vénéon.

Altitude : 1495 m

Superficie : 35 ha

Profondeur : 68 mètres en moyenne, mais variable selon la saison.

Accès : 1h30 depuis la Danchère ou 2h depuis les Gauchoirs.

Autres noms : Le Lovitel, Lac (de) Lovitel

Carte : TOP25 3336ET

Le Lauvitel (1500 m)

Le Lac Lauvitel ou plus simplement le Lauvitel est situé sur la rive gauche du Vénéon quelques kilomètres en amont de son confluent avec la Romanche. Sa superficie de l'ordre de 35 ha en fait le plus vaste lac naturel  de l'Oisans et du massif des Écrins. Ses eaux d'un beau bleu occupe toute la largeur de son vallon empêchant l'accès pédestre à son amont. La légende soutient qu'il aurait englouti un village dont la cloche de la chapelle sonne encore de temps en temps [Citée par PLR]

Le Fond du Lauvitel à l'amont du lac est dominé par un magnifique cirque orienté au nord où arrivent encore à se nicher quelques petites glaciers moribonds faute de renouvellement de la glace. Il n'est accessible qu'en barque et les crêtes qui l'entourent n'offrent pas de passages faciles vers le sud.  Il est ainsi classé Réserve Intégrale et son accès est interdit.

Le vallon du Lauvitel et les sommets qui l'entourent sont rattachés à la zone cristalline du Rochail qui prolonge vers le sud le massif des Grandes Rousses. Elle est séparée de la zone cristalline principale du massif des Écrins par une bande sédimentaire que l'on peut suivre du plateau des Deux-Alpes au Vallon de la Muzelle et dans le haut Valsenestre. Les crêtes descendent peu au-dessous de 2800 m et dépassent mêmes les 3000 m à la Tête de la Muraillette  (3019 m) et au Pic du Clapier du Peyron (3169 m) qui abritent les branches discontinues du Glacier des Pisses au fond du vallon.

Le Lac Lauvitel résulte d'un énorme éboulement rocheux issu des escarpements inférieurs du groupe du Rochail, qui a barré la vallée de ses matériaux, en prédominance formés de blocs de grosse taille. D'après la forme de l'accumulation des débris, arquée comme une moraine frontale, ceux-ci se sont probablement accumulés sur le front d'une langue glaciaire occupant alors l'emplacement du futur lac. Le barrage est complété du côté oriental par un cône d'éboulis garni d'herbe. [M. Gidon].

La faible profondeur de celui-ci, eu égard à sa surface, inférieure à 70 mètres et de l'ordre de la hauteur de l'accumulation, n'indique pas la présence d'un ombilic glaciaire.

Le lac est alimenté par plusieurs ruisseaux et torrents mais ne possède pas de torrent émissaire. Par contre, de nombreuses sources au bas de la zone d'accumulation des éboulis indiquent que les eaux s'infiltrent en profondeur et rejoignent plus bas le cours du Ruisseau du Lauvitel, formé par le Ruisseau de la Rousse, qui descend de la zone de décrochement de l'éboulement, et, le Ruisseau des Selles qui draine le flanc nord-ouest de l'Aiguille de Vénosc  (2830 m).

À la fonte des neiges, la capacité d'écoulement par infiltration est insuffisante pour évacuer les eaux de fonte en provenance de son vaste bassin-versant. Le niveau du lac, à son plus bas à la fin de l'hiver, peut alors s'élever d'une vingtaine de mètres.

Plusieurs ruines de cabanes dans les rochers, les Cabanes des Selles et les Cabanes de Lauvitel, rappellent les anciens alpages du Lauvitel. Ceux du fond du vallon n'étaient accessibles qu'en radeaux. Une cabane existait aussi à 1945 m au Plan Vianney. Aujourd'hui, c'est la fée EDF qui occupe le terrain avec une ligne à haute tension qui fait désordre dans la zone centrale du Parc National des Écrins.

Le Lauvitel (1500 m)

L'orthographe actuelle de Lauvitel fait, bien sûr, penser à l'occitan LAU = lac < latin LACUS et incite d'ailleurs à dire le Lauvitel, plutôt que Lac Lauvitel ou Lac du Lauvitel. Et pourtant les formes anciennes Lavestellum et Lovestellum au XIVe siècle et le patois Lau dé Lovité n'accréditent pas cette hypothèse mais conduisent plutôt à la racine pré-indo-européenne LAV = pierre, éboulement, variante de la racine LAP.

Lauvitel est de la même famille que :

Léatel - minuscule lac à l'est de Theys,

Levetel - lac près du Recoin de Chamrousse,

Lovitel - lac juste avant les Clots à Mizoën, Lavestelletum au XIVe siècle, Lovestellum au XVe siècle,

Loyatel ou Loyateu - côte sur la rive nord du Lac Blanc à Saint-Agnès, Banc des Laux, pour IGN,

Luitel - lac au nord de Séchilienne, Lovestellum et Loyatel au XIVe siècle.

Tous ces noms, liés à des lacs en Oisans et Belledonne ont des formes anciennes qui excluent le mot lac mais ramènent toutes à Lavestellum ou Lovestellum et à la racine LAV.

Le Lau dé Lovité et tous les autres sont simplement le Lac de la Pierre, comme il y a un Habert de la Pierre, également à Saint-Agnès au-dessus du Refuge Jean Collet, avec ici un rappel de sa formation.

Avec la perte de compréhension du sens d'origine apparaît, au Moyen Âge, le besoin de renommer le lieu. Cette opération s'est effectuée en général au cours du XIIe siècle. Comme souvent, on aboutit à une redondance. Pierre, c'était, Pierre, cela restera, avec le vieil occitan ESTEU, le roman STEU, le vieux français ÉTOC ou ESTOC, l'italien STELO, très employés à cette époque, signifiant souche, banc, pieu, rocher, écueil, d'une autre racine pré-indo-européenne EST- = pierre [DDR], à rapprocher de l'allemand STEIN.

LAV s'est à peu près maintenu, mais ESTOC est tombé dans l'attraction de ESTEL ou STELLA, l'étoile, et le mot est devenu Lavestellum ou Lovestellum.

Dire Lac Lauvitel ou Lac du Lauvitel ne revient donc pas à nommer deux fois le lac, mais à répéter deux fois la pierre, avec le mot originel et son doublon moyenâgeux, lui-même issu d'une racine de la nuit des temps [Toponymie d'après PLR].

Les environs ne sont pas en reste car le Ruisseau de la Rousse qui descend de la zone de décrochement, n'est autre qu'un Ruisseau de la Roche et la Combe de la Ruissella au-dessus est aussi une Combe de la Roche. Quant au Rochail, son nom parle de lui-même ! Que dire également, du Pic du Clapier du Peyron, sinon qu'il s'agit du Pic de la Pierre de la Pierre ...

Deux sentiers partent de façon presque symétrique au-dessus du lac :

Le premier, au-dessus de sa rive ouest, permet de s'échapper par le Plan Vianney et son magnifique lac, bien glaciaire celui-là, vers la vallée de la Malsanne. La Crête de la Montagne qui ferme le vallon de Plan Vianney est franchie un peu au nord de la Brèche du Périer (2491 m) en évitant la ligne à haute tension. Il faut ensuite plonger de près de 1700 m pour rejoindre, d'abord les hameaux de Confolens, puis le village du Périer par une variante du GR54. Une autre variante permet de rejoindre Valsenestre par le Col de la Roméïou (2439 m) et le Lac Labarre (2393 m). La Cabane de la Selle (1902 m), non gardée, permet de couper les étapes.

Le second, plus alpin et plus longtemps enneigé, au-dessus de sa rive est, monte au Col du Vallon (2531 m) et permet de rejoindre le Refuge de la Muzelle (2115 m).

Ces chemins permettent de réaliser des circuits de deux à quatre jours, par exemple :

J1: La Danchère - Cabane de la Selle par Plan Vianney,

J2 : Cabane de la Selle - Valsenestre par le Col de la Romeïou,

J3 : Valsenestre - Refuge de la Muzelle par le Col de la Muzelle,

J4 : Refuge de la Muzelle - la Danchère par le Col du Vallon.

NB : étapes à fortes dénivelées. Le Col de la Muzelle peut être glissant en cas de pluie.

 

Album photos :

Lauvitel et Lac de Plan Vianney   Album de 31 photos

 

Articles connexes :

Spectaculaire avalanche de printemps (mai 2015)

 

             

Web Vallouimages Pays des Écrins Flore alpine
Home  Accueil  Oisans - Accueil
     
  Haut de page  

 

Première version Dernière version Dernière correction
Juin 2006 Mai 2015 Mai 2015

 

 

Rome ne s'est pas fait en un jour,

ce site non plus !

Mais il faut bien commencer ...

Sortie

Version 1.00

Octobre 2004