Vallouimages

Site sur Vallouise, les Écrins, les Alpes et bien d'autres massifs, régions et pays

Champoléon - La vallée des moutons

Champoléon

La vallée des moutons

Plan

05260 Champoléon

Mail

Home  Accueil 
Champsaur - Sommaire 
Le Champsaur 
Champoléon
Toponymie générale
Toponymie du Champsaur

______________________

Cliquer sur les photos

pour les agrandir

______________________

Vallée du Drac Blanc

Champoléon - Vallée du Drac Blanc - Pic de Parières (3076 m)

Mai 2005

Champoléon - Vallée du Drac Blanc - Pic de Parières (3076 m)

Mai 2005

______________________

Les Borels (1281 m)

L'église

Champoléon - Les Borels (1281 m) - Église Saint-Vincent

Octobre 2007

Concours de fils

Champoléon - Les Borels (1281 m) - En lice pour le concours de fils !

Octobre 2007

Les Borels

Le guide Bernard

Champoléon - Les Borels (1281 m) - Le guide Bernard

1918

Les Borels (1281 m)

Champoléon - Les Borels (1281 m) vers 1918

1918

Les Borels (1281 m)

Champoléon - Les Borels (1281 m) vers 1920

Vers 1920

Les Borels (1281 m)

Champoléon - Les Borels (1281 m) vers 1950

Vers 1950

Maison du berger

ex maison Pourroy

Champoléon - Les Borels (1281 m) - Maison du berger

Octobre 2007

Couleurs d'automne ...

Champoléon - Bois du Chatelard - Couleurs d'automne

4 octobre 2007

... dans le Bois du Chatelard

Champoléon - Bois du Chatelard - Couleurs d'automne

18 octobre 2007

... et à Teyssonnière

Champoléon - Couleurs d'automne

18 octobre 2007

Les Fermonds (1370 m)

Champoléon - Les Fermonds (1370 m)

Octobre 2006

Champoléon - Les Fermonds (1370 m)

Octobre 2006

______________________

Auberge des Écrins

Les Borels 

04 92 51 76 89

Champoléon - Les Borels (1300 m) - Auberge des Écrins

Juin 2008

Champoléon - Les Borels (1300 m) - Auberge des Écrins

Cliquer sur les photos pour les agrandir

______________________

Neige et Montagne

Activités de pleine nature

Les Borels 

04 92 51 76 89

______________________

Refuge du Tourond

04 92 55 94 70

Champoléon - Refuge du Tourond (1712 m)

Octobre 2006

Champoléon - Refuge du Tourond (1712 m)

Cliquer sur les photos pour les agrandir

______________________

Gîte les Gondoins

Alain Hugues

04 92 55 90 78

______________________

Le Passage des Sarrasins

Écogîte rural (note 5)

Julia Queyras

Olivier Mondon

Les Garnauds

04 92 55 92 76

Mobile : 06 87 13 31 26

Champoléon - Les Garnauds - Le Passage des Sarrasins

Photo Bertrand Bodin

______________________

La Pierre de l'Ours

Gîte rural, chambres d'hôtes

Marie et Xavier

Les Borels

04 92 55 98 54

______________________

Val Estrèche

Pic du Mourre la Mine

Champoléon - Val Estrèche - Pic du Mourre la Mine (2955 m)

Octobre 2007

La légende mentionne l'existence d'une mine d'or en des temps très anciens lorsque les glaciers étaient plus réduits qu'aujourd'hui, comme à l'époque romaine. La poussée glaciaire l'aurait fait disparaître sous le Glacier du Mourre la Mine.

______________________

Pré de la Chaumette

  Refuge CAF

04 92 55 95 34

Gardien : 04 92 50 72 93

______________________

 Accompagnateurs en montagne du Champsaur
Maison Reynier

05260 Pont du Fosse
 04 92 55 60 20

06 80 30 02 54

Site internet

______________________

 Maison du Tourisme du Champsaur et du Valgaudemar

Site internet

______________________

Syndicat d'Initiative du Haut Champsaur
05260 Pont du Fossé

 04 92 55 95 71

Mail

______________________

 

 

 

 

Champoléon

Vallée du Drac Blanc

Champoléon est une commune du département des Hautes-Alpes qui recouvre le bassin versant du Drac Blanc, anciennement Drac de Champoléon (cadastre et cartes anciennes), dans le haut Champsaur.  Elle fait partie du Parc National des Écrins qui recouvre la plus grande partie de son territoire.

C'est une commune de haute montagne avec plusieurs sommets dépassant 3000 m, dont le Sirac (3440 m) où elle culmine, au sud du massif des Écrins. Elle est drainée par le Drac Blanc sur la totalité de son cours. Celui-ci se forme au Pré de la Chaumette où il collecte les eaux du vaste cirque de la Pierre sur le flanc sud du Sirac et du Vallon de Rougnoux.  Sa vallée entaille la partie méridionale cristalline du massif des Écrins. D'abord d'orientation est-ouest, elle commence à s'incurver au sud à partir des Auberts, puis continue plein sud des Beaumes jusqu'au confluent avec le Drac Noir, anciennement Drac d'Orcières (cadastre et cartes anciennes).

En bref Étymologie Histoire Population Patrimoine
Habitat Foire aux tardons Tourisme Notes Articles connexes
Liens touristiques, Office du Tourisme, refuges, gîtes, accompagnateurs : colonne de gauche

 

Champoléon - Vallée du Drac Blanc - Pic des Parières (3076 m) et cirque de Crupillouse

Champoléon - Vallée du Drac Blanc - Pic des Parières (3076 m) et cirque de Crupillouse

Champoléon - Vallée du Drac Blanc - Pic des Parières (3076 m) et cirque de Crupillouse

Champoléon - Vallée du Drac Blanc - Pic des Parières (3076 m) et cirque de Crupillouse

Vallée du Drac Blanc vue de Serre-Eyrauds

Octobre 2007

Octobre 2007

Octobre 2007

Octobre 2007

Champoléon - Vallée du Drac Blanc - Montagne de Cédéra (2909 m)

Champoléon - Vallée du Drac Blanc - Pic des Parières (3076 m) et cirque de Crupillouse

Champoléon - Vallée du Drac Blanc - Pic des Parières (3076 m) et cirque de Crupillouse

Champoléon - Vallée du Drac Blanc - Pic des Parières (3076 m) et cirque de Crupillouse

Vallée du Drac Blanc vue de l'aval

Octobre 2007

Octobre 2007

Octobre 2007

Octobre 2007

Cliquer sur les photos pour les agrandir

 

Champoléon en bref

Code postal : 05260

Code Insee : 05032

Canton : Orcières

Communauté de communes : Haut Champsaur

Habitants : les Champoléard(e)s

Nombre d'habitants : 113

Recensement de 1999, en croissance de +12 soit + 11% par rapport au précédent recensement de 1990.

Superficie :9854 ha = 98,54 km2, soit 1,15 habitants au km2

Altitude du chef-lieu : 1281 m aux Borels

Altitudes extrêmes : 1 173 m au confluent des deux Drac3 440 m au Sirac.

Principaux hameaux1 : Les Borels, les Fermonds, les Gondoins, le Chatelard, les Beaumes, les Blancs, les Garnauds, les Martins, les Gubias.

Haut de page

Champoléon - Vallée du Drac Blanc - Pic des Parières (3076 m) et cirque de Crupillouse

Champoléon - Vallée du Drac Blanc - Pic des Parières (3076 m) et cirque de Crupillouse

Champoléon - Vallée du Drac Blanc - Pic des Parières (3076 m) et cirque de Crupillouse

Champoléon - Vallée du Drac Blanc - Pic des Parières (3076 m) et cirque de Crupillouse

Vallée du Drac Blanc

Octobre 2007

Octobre 2007

Octobre 2007

Octobre 2007

Champoléon - Vallée du Drac Blanc - Montagne de Cédéra (2909 m)

Champoléon - Vallée du Drac Blanc - Les Fermons vus depuis les Borels

Champoléon - Vallée du Drac Blanc en aval des Eyrauds

Champoléon - Vallée du Drac Blanc en aval des Gubias - Grande Autane (2782 m)

Vallée du Drac Blanc vers l'amont

Vallée du Drac Blanc vers l'aval

Octobre 2007

Octobre 2007

Octobre 2007

Octobre 2007

Cliquer sur les photos pour les agrandir

La forme ancienne Champolivus relevée en 1377, 1459 et 1529 [Roman (J)], est composée, d'une part, de la racine CAM = hauteur , tombée classiquement dans l'attraction du latin CAMPUS = champ, et, d'autre part, d'un dérivé de la racine LAP, LIP = ravin, éboulement qui a donné le mot lave qui désigne dans la région les dépôts de pierre et de boue résultant des crues torrentielles [Arnaud, Morin].

Champoléon, c'est la hauteur soumise aux crues et à leurs dépôts. Ainsi le chef-lieu, les Borels, est construit entre les cônes de déjection des Torrents du Tourond, toujours très actif, et de Méollion. L'histoire garde encore le souvenir de la destruction de l'ancienne Église Saint-Vincent et du cimetière dans la nuit de la Toussaint 1790 par les eaux du Drac et aujourd'hui les habitants redoutent la répétition des terribles événements d'octobre 2006 dont les plaies ne sont pas encore pansées.

D'autres hypothèses ont été émises, en donnant de façon arbitraire à livus le sens de blanc, ou à champolivus celui de champ des oliviers.  Cette dernière explication suppose un rapprochement avec le Mont des Oliviers à Jérusalem. Pourtant ici, comme à Livet dans la vallée de la Romanche où les Torrents de la Vaudaine et de l'Infernet déversaient leurs laves, ou encore aux multiples Lavey dont le nom rappellent de terribles éboulements, il suffit simplement de lire le terrain.

Le passage à Champoléon s'est fait aux XVe et XVIe siècles via les formes Champolinus (1390, 1410, 1540), Champolion (1516), Champolieu 1557), Champollion (1572)  [Roman (J)].

Haut de page

Champoléon - Les Gondouins - Pic des Parières (3076 m) et cirque de Crupillouse

Champoléon - Pic des Parières (3076 m) et cirque de Crupillouse

Champoléon - Le Drac Blanc - Les Gondouins - Val Estrèche et Pic des Parières (3076 m)

Champoléon - Le Drac Blanc - Les Gondouins - Val Estrèche et Pic des Parières (3076 m)

En amont des Borels - Les Gondouins (1325 m) - Vallée du Drac et Pic des Parières

Octobre 2007

Octobre 2007

Octobre 2007

Octobre 2007

Champoléon - Vallon de Méollion

Champoléon - Le Vallon - Montagne de Cédéra (2909 m)

Champoléon - Le Drac Blanc - Bois du Chatelard

Champoléon - Le Drac Blanc - Les Borels - Bois de Teyssonnière

Vallon de Méollion

Le Vallon et Montagne de Cédéra (2909 m)

Bois de Teyssonnière

Octobre 2007

Octobre 2007

Octobre 2007

Octobre 2007

Cliquer sur les photos pour les agrandir

La vallée du Drac Blanc, malgré son caractère sauvage et les risques torrentiels, est sans doute occupée depuis des temps très anciens, comme en témoignent les recherches archéologiques menées en altitude. Mais on ne sait pas grand chose de ses premiers habitants.

Au Moyen Âge, Champoléon faisait partie du mandement2 et fief des Montorcier. Cette puissante famille, qui avait accepté la suzeraineté du Dauphin en 1304,  possédait toutes les terres des vallées de Champoléon et d'Orcières et ce jusqu'au XVIe siècle.

La paroisse de Champoléon, sous le vocable de saint Vincent, remonte au moins au XIe siècle et relevait alors du prieuré de Saint-André-les-Gap, de l'ordre de Cluny. Elle dépendit ensuite des jésuites d'Embrun en 1618. Son église et le cimetière étaient alors situés sur la rive droite du Drac. Tout fut détruit et emporté par une violente crue du Drac dans la nuit de la Toussaint 1790. Meubles, ornements, vases sacrés et archives disparurent cette nuit là. Il en subsisterait un pan de mur et le nom d'un petit pré, le Pré du Curé.

Contraints d'aller dans la petite chapelle de Laye sur la route d'Orcières, les paroissiens demandèrent la construction d'une nouvelle église à Champoléon. Ce qui fut fait vers 1805, mais cette fois en hauteur sur la rive gauche du Drac.

 Haut de page

Champoléon - Roc d'Aibrandes (2407 m) et vallée de Méollion

Champoléon - Roc d'Aibrandes (2407 m) et vallée de Méollion

Champoléon - Les Borels (1281 m)

Champoléon - Les Borels (1281 m) - La vallée vers l'aval

Champoléon - Le site des Borels, chef-lieu de la commune (1281 m)

Octobre 2006

Octobre 2006

Octobre 2006

Octobre 2007

Cliquer sur les photos pour les agrandir

L'histoire3,4 du mandement de Montorcier fournit quelques indications sur l'évolution de la population : 264 habitants en 1395 à la suite de la grande saignée du XIVe siècle, 285 en 1551, 80 familles, soit environ 600 habitants en février 1789 lors des États Généraux du Dauphiné. la population aurait culminé avant la guerre de 1870 avec quelques 800 habitants. Les 16 hameaux étaient habités par plusieurs familles, comme Méollion avec 16 foyers, une école et un prêtre résident qui officiait à la Chapelle des Neiges.

La vie rude et difficile, les crues emportant des terres à pâturages, provoquèrent une émigration intense et précoce dans l'ouest des États-Unis (Californie, Nevada, ...). Il ne restait ainsi plus que 594 habitants vers 1880 et 561 vers 1905. Les deux guerres ont également fortement décimé la population masculine et des avalanches meurtrières provoquèrent l'abandon de hameaux et de nouveaux départs. Après une forte chute dans les années 1960 et 1970 qui marquent la fin de la civilisation rurale, la population semble se stabiliser aux environs de 120 habitants.

11 hameaux sur les 16 initiaux sont encore habités : de l'aval vers l'amont, les Garnauds sur la rive droite du Drac Noir aux confins de la commune ; les Blancs et le Clapier au bas du versant de rive gauche du Drac Blanc ; les Eyrauds, les Martins, les Gubias, les Borels, chef-lieu, dans le fond de vallée ; les Fermonds, les Gondoins, le Chatelard et les Beaumes dans la partie amont. Les Clots l'est encore durant l'été et une colonie de vacances est installée aux Rochas. Il ne reste rien des Auberts à l'amont.

Haut de page

Champoléon - Vers 1920

Le patrimoine est essentiellement vernaculaire et constitué de l'Église Saint-Vincent aux Borels et de quelques chapelles dans les hameaux, comme la Chapelle Saint-Jean-Baptiste, construite en 1700 aux Gondoins, qui comporte un portail architecturé.

L'église2 hâtivement reconstruite au début du XIXe siècle dut être reconstruite en 1878, plus grande que la précédente pour tenir compte de la population plus importante. L'ancien clocher fut conservé, créant une différence de style et une disproportion. Elle fut l'oeuvre des habitants. Les pierres des beaux piliers furent extraites de carrières situées du côté du hameau des Blancs et de Corbières et transportées sur des luges tirées par des boeufs ou des mulets. La pierre du seuil, pesant bien une tonne fut également transportée sur un traîneau.  La voûte est en tuf. Une réfection fut effectuée en 1957. Le clocher de 1805 fut restauré en septembre 1988. Ses murs font un mètre d'épaisseur. Ses 4 poutres maîtresses, en mélèze rouge, intactes, ont été conservées.

Haut de page

Champoléon - Les Borels (1281 m) - Église Saint-Vincent

Champoléon - Les Borels (1281 m) - Église Saint-Vincent

Champoléon - Les Borels (1281 m) - Église Saint-Vincent

Champoléon - Les Gondouins (1312 m) - Chapelle Saint-Jean-Baptiste

Les Borels (1281 m) - Église Saint-Vincent

Chapelle Saint-Jean-B.

Octobre 2007

Octobre 2007

Octobre 2007

Octobre 2007

Cliquer sur les photos pour les agrandir

L'habitat est dispersé en plusieurs hameaux, la commune en a compté jusqu'à 16 habités. Aujourd'hui, les plus éloignés et difficiles d'accès ont été abandonnés. Il n'y a pas vraiment de village principal. D'ailleurs, aucun ne porte le nom de la commune et le chef-lieu, les Borels, n'est qu'un hameau parmi d'autres, siège de la mairie et de l'église. L'habitat traditionnel n'a pas véritablement été préservé. Les Borels concourent sans doute au village qui a le plus de fils électriques ou téléphoniques dans les airs ! Néanmoins,  ils gardent le charme des villages de montagne avec leurs nombreux jardins potagers et leurs fontaines, un peu suranné certes, mais tellement plus authentique que les paillettes de la station voisine.

L'une des vieilles maisons du haut des Borels est devenue la Maison du berger. « À l'interface entre le tourisme, la culture, l'environnement et le pastoralisme, la maison du berger est un véritable outil pour la profession et pour les acteurs de la montagne. C'est l'héritage de toute une culture qui est réuni au sein de ce lieu pour comprendre, découvrir, transmettre, échanger, développer, valoriser… le métier de berger. C'est un lieu d'accueil ou chaque visiteur trouve son intérêt, qu'il soit simple curieux ou professionnel du pastoralisme alpin » [Plaquette].

L'élevage ovin est resté vivace et donne lieu à l'événement de l'année, en principe le 4 octobre, la foire aux tardons, ces agneaux nés au printemps et qui passent l'été aux alpages. Au delà des transactions discrètes, c'est un moment convivial de retrouvailles des champsaurins et gapençais qui barulent à travers le village et aiment à goûter l'agneau cuit au feu de bois sur la place devant la mairie.

Cette foire date de moins d'une centaine d'années. Autrefois, elle avait lieu à Vallouise le 4 octobre de chaque année. Les éleveurs de Champoléon y amenaient leurs troupeaux par le Pas de la Cavale et le Col de l'Aup Martin, où l'armée s'employait à maintenir un sentier muletier en état au cas où. Mais une année, une poussée de fièvre aphteuse provoqua l'interdiction du déplacement par le préfet. Les éleveurs champoléards revendiquèrent donc et obtinrent l'autorisation d'avoir une foire également le 4 octobre, en concurrence donc avec celle de Vallouise qui finit par disparaître après la seconde guerre mondiale.

Haut de page

Champoléon - Haute vallée du Drac Blanc

Champoléon - Haute vallée du Drac Blanc

Champoléon - Haute vallée du Drac Blanc

Champoléon - Haute vallée du Drac Blanc

Haute vallée du Drac Blanc

Octobre 2007

Octobre 2007

Octobre 2007

Octobre 2007

Champoléon - Haute vallée du Drac Blanc

Champoléon - Haute vallée du Drac Blanc

Champoléon - Haute vallée du Drac Blanc

Champoléon - Haute vallée du Drac Blanc

Haute vallée du Drac Blanc

Octobre 2007

Octobre 2007

Octobre 2007

Octobre 2007

Cliquer sur les photos pour les agrandir

Le tourisme a largement pris le relais de l'agriculture. La station voisine d'Orcières-Merlette joue bien sûr un rôle moteur dans tout le haut Champsaur. Champoléon participe modestement en offrant quelques pistes de ski de fond dans son fond de vallée.

Une auberge communale annexée à la Maison du Berger, fruit de l'auto-financement communal et de subventions publiques a été inaugurée en janvier 2008. L'objectif est de redynamiser la vallée en offrant un aménagement multiservice et un lieu de restauration, ce qui va permettre de relancer le foyer de ski de fond désormais installé à l'ancienne école. La gérance a été confiée à un jeune couple originaire du Lot, Laurent Foissac et Stéphanie Soulignac, qui viennent de s'installer avec leurs deux enfants.

L'été, les randonneurs sont nombreux, mais beaucoup ne font qu'un bref passage dans la haute vallée sur l'itinéraire du GR54tour des Écrins et de l'Oisans. La commune est parcourue par le tour du Vieux Chaillol. Elle offre d'ailleurs un point de départ intéressant, bien qu'un peu éloigné, pour son ascension (3163 m) en empruntant le vallon du Tourond. Le refuge homonyme (1712 m) permet de raccourcir un peu la montée et offre l'accès au beau cirque de la Vénasque, ainsi qu'à la grotte aux corneilles, en remontant la pente au dessus du refuge.

Les Lacs de Cédéra et de Crupillouse, perchés à plus de 2600 m d'altitude constituent les randonnées phares de la vallée. L'accès au premier est agrémenté par la découverte de l'ancien hameau abandonné de Méollion. Les seconds dominent la vallée en haut d'un verrou glaciaire au pied du Pic des Parières (3076 m), un 'refuge' y existait dans les années 1910. Il avait été construit pour les ouvriers qui travaillaient à un barrage visant à rehausser le niveau des lacs pour alimenter une conduite forcée. La guerre de 1914-1918 a provoqué l'abandon du projet.

La remontée de la haute vallée du Drac Blanc permet de rejoindre le Refuge du Pré de la Chaumette (1805 m) sur le GR54. De là, on peut soit rejoindre le Valgaudemar, soit reprendre le chemin des anciens qui conduisaient leurs troupeaux en Vallouise par le Pas de la Cavale et le Col de l'Aup Martin. Le Vallon de la Pierre et le sommet du Sirac (3440 m) ferme la haute vallée du Drac Blanc et offrent quelques beaux parcours aux alpinistes amateurs de solitude.

Haut de page

Champoléon - Haute vallée du Drac Blanc

Champoléon - Haute vallée du Drac Blanc

Champoléon - Haute vallée du Drac Blanc

Champoléon - Haute vallée du Drac Blanc

Haute vallée du Drac Blanc - Les Auberts - Pointes de Rougnoux (3179 m)

Octobre 2007

Octobre 2007

Octobre 2007

Octobre 2007

Cliquer sur les photos pour les agrandir

Notes

(1) L'orthographe des hameaux diffère entre l'IGN, le cadastre et l'usage local. L'IGN donne les Fermons, les Gondouins, le Chatelard, les Baumes, les Clots, le Tourond, Méollion ; le cadastre indique les Fermonds, les Gondoins, le Châtelard, les Beaumes, le Clot, le Tourrond, Méouillon ; l'usage local valide les Fermonds, les Gondoins, les Beaumes, les Clots, le Tourrond, Méollion (communication orale de monsieur le maire). Les formes relevées au XIXe siècle par Joseph Roman sont les Fermonds, les Gondoins, les Beaumes, les Clots, le Tourond, Méollion. L'IGN a manifestement commis des erreurs non reproduites ici. Les graphies adoptées dans ce chapitre sont celles en usage localement, à l'exception de Tourond préféré à Tourrond.

(2) Le mandement de Montorcier comprenait les huit paroisses ou communautés de Saint-Jean de Montorcier, Saint-Nicolas de Montorcier, Champoléon, Chabottes, Chabottones, Saint-Barthélémy de -Buissard et Chaillol.

(3) Note affichée de juillet 1990, révisée en juillet 1996 d'après les souvenirs de Justin Escallier, conteur et poète.

(4) Abbé J.Ranguis, de Chabottones, curé de Saint-Jean-de-Montorcier - Imprimerie Edouard Vallier., 1905. Réédité en 1978.

(5) Le gîte le Passage des Sarrasins est ainsi nommé car une légende dit qu'un passage secret aurait été creusé par les Sarrasins qui mèneraient de la maison en question sur le plateau de la Coche ou au fond de Champoléon ... [communication de Julia Queyras].

 

Articles et liens connexes :

Champoléon - Vallée du Drac Blanc ou Drac de Champoléon

Pastoralisme à Champoléon - Maison du berger - Foire aux tardons

Hameaux de Champoléon

Toponymie de Champoléon - Notes sur les principaux noms de lieux de la commune

Vallon du Tourond

Lacs de Crupillouse

Méollion - Lac de Cédéra

Géologie de Champoléon

Histoire de la résistance dans le Champsaur par Philippe Lecourtier.

Canal de mal Cros

 

Albums photos :

Lacs de Crupillouse

Vallon de Méollion - Méollion

Vallon de Méollion - Lac de Cédéra

Le Vieux Chaillol - Mal Cros

Col de la Vénasque

Val Estrèche

 

             

Web Vallouimages Pays des Écrins Flore alpine

 

  Haut de page  

 

Première version Dernière version Dernière correction
Octobre 2007 Janvier 2010 Janvier 2013

 

 

Rome ne s'est pas fait en un jour,

ce site non plus !

Mais il faut bien commencer ...

Sortie

Version 1.00

Octobre 2004