Vallouimages

Site sur Vallouise, les Écrins, les Alpes et bien d'autres massifs, régions et pays

Queyras

 

 

Home  Accueil  Toponymie générale

Toponymie du Queyras

Étymologie des noms de lieux

Queyras - Origine, signification et prononciation

_______________

Parmi les questions de l’été 2020, deux concernent le nom « Queyras » : son origine et sa signification, et surtout sa prononciation.

Arvieux - Le Queyron

Arvieux - Plateau et maisons du Queyron

Photo Vallouimages - Août 2020

 Concernant l’origine, l’éponyme, c’est-à-dire le nom qui a donné son nom à tout le reste, c’est le rocher central sur lequel a été construit Fort Queyras, de la racine préceltique *car = « pierre, rocher ». D’où le nom de la peuplade celto-ligure, « les Quariates », qui s’y était établie et par extension le nom de leur territoire, francisé en « Queyras ». À ce stade, c’est suffisant, mais l’historiographie du nom est complexe et les discussions ont été nombreuses, mais cela nous emmènerait trop loin. Un jour, peut-être...

La terminaison -AS est plutôt augmentative, la terminaison -ON est plutôt diminutive. En illustration, le plateau du Queyron sur les rochers qui justifient le nom.

Arvieux - Le Queyron

Arvieux - Plateau et maisons du Queyron

Photo Vallouimages - Août 2020

_______________

Concernant la prononciation, on a le choix en français entre "cairass" et "caira". En occitan, toutes les lettres se prononcent et ce serait donc plutôt "cairass", en prononçant le S. Il s’agit d’ailleurs de la prononciation ancienne en Queyras et Guillestrois et plus généralement en Embrunais, contrairement au Briançonnais, où le S ne se prononçait/prononce pas.

On peut s’amuser à relever les différentes prononciations, variables selon les locuteurs !

En français : "cairass" = [kɛ'ʁas] (R français standard, comme dans ‘rat’ ; S fortement prononcé).

En français-pour-faire-local : "caira" = [kɛ'ʁa] (R français standard ; S non prononcé).

En français local : "caira" = [kɛ'ra] (R plus ou moins roulé ; S non prononcé) qui tend à supplanté "cairas" = [kɛ'ras] (R plus ou moins roulé ; S prononcé).

En occitan alpin : "Queïrà(s)" = [kɛj'ɾa(s)] (Y semi-voyelle [j] = -ye- ; R battu ; S prononcé ou pas, selon les lieux et les époques), voire en Briançonnais [kɛ'ɾa] (R battu ; S non prononcé) et même [ki'ɾa] à Villar-Saint-Pancrace ou [ke'ɾɒ] à Cervières.

Fort Queyras

Château-Ville-Vieille - Fort Queyras, construit sur un verrou rocheux

Photos Vallouimages - Octobre 2017

Chabrand et Rochas à la fin du XIXe siècle (1877) avaient bien repéré les différences de prononciation entre d’un côté le Queyras, le Guillestrois et l’Embrunais "Queïràs" = [kɛj'ɾas], et d’un autre le Briançonnais "Cairà" = [kɛ'ɾa], également notées par Nicolas Colomban dans ses recherches locales actuelles.

L’amuïssement des consonnes finales en Briançonnais (toutefois moins marqué au Monêtier, dans le Val Cluson et le Val Germanasca), est d’ailleurs une caractéristique de l’occitan alpin briançonnais, contrairement à l’occitan alpin embrunais parlé en Queyras et Guillestrois [Sibille 2003] où elles se sont maintenues quasiment jusqu’à aujourd’hui.

Autrement dit, les deux prononciations ont eu cours dans les parlers locaux, mais les premiers concernés, les Queyrassins et les Guillestrins, prononçaient le S final, conformément à la prononciation naturelle en occitan !

Fort Queyras

Château-Ville-Vieille - Fort Queyras, construit sur un verrou rocheux

Photos Vallouimages - Octobre 2017

Aujourd’hui, l’usage local a évolué et la non prononciation du S s’est étendue, y compris en Queyras. Elle est même devenue un marqueur distinguant les « locaux » des « non locaux » (comprendre « les touristes » !), mais ce marqueur n’a pas vraiment de fondement… local, et même pas du tout en Queyras !

Alors autant que les dits « touristes », et aussi les habitants, ne se prennent pas la tête et prononcent comme ils le veulent. Inutile pour eux de vouloir à tout prix faire-plus-local-que-les-locaux, puisqu’ils pourront toujours répondre aux Queyrassins que leur prononciation du S est celle de leurs anciens ! Et que les locaux n’insistent pas trop sur une prononciation locale fluctuante et récente en Queyras…

_______________

On peut regretter que ce débat sur la prononciation ou non du S final fasse passer au second plan la disparition accélérée de la prononciation du Y (-ye-). On est passée de "Queïrà(s)" = [kɛj'ɾa(s)] à "caira(s)" = [kɛ'ʁa(s)]. Déjà Chabrand et Rochas distinguaient "Queïràs" en Embrunais et en Queyras et "Cairà" en Briançonnais. C’est le même appauvrissement déjà signalé dans « Entre les Aygues » et « la Biaysse », en Vallouise et dans la vallée de Freisinières, qui sont comme le Queyras rattachées linguistiquement à l’Embrunais.

_______________

Citation de l'article :

Billon-Grand (P.) – « Queyras - Origine, signification et prononciation », Toponymie du Queyras, Vallouimages, 2020.

Lien : http://www.vallouimages.com/toponymie/queyras/articles/queyras.htm

_______________

Notes :

...

_______________

Références :

J.-A. Chabrand, A. de Rochas d’Aiglun, Patois du Queyras et des Alpes Cottiennes et en particulier du Queyras, 1877.

J. Sibille, La Passion de Saint André : drame religieux de 1512 en occitan briançonnais : édition critique, étude linguistique comparée, Thèse de doctorat, Université Lyon 2, 2003.

 _______________

Articles connexes :

...

_______________

Liens connexes :

...

_______________

 

Home  Accueil  Toponymie générale
  Haut de page  

 

Première version Dernière version Dernière correction
Août 2020 Août 2020 Août 2020

 

 

Rome ne s'est pas fait en un jour,

ce site non plus !

Mais il faut bien commencer ...

Sortie

Version 1.00

Octobre 2004