Vallouimages

Site sur Vallouise, les Écrins, les Alpes et bien d'autres massifs, régions et pays

 

Dormillouse - Les Enflous (1680 m) dans les années 1900

Dormillouse - Les Enflous (vers 1900)

Dormillouse - Les Enflous (1680 m) en 1977

Dormillouse - Les Enflous (Août 1977)

Dormillouse - Les Enflous (1680 m) en 1985

Dormillouse - Les Enflous (Septembre 1985)

Dormillouse - Les Enflous (1680 m) en 1985

Dormillouse - Les Enflous (Septembre 1985)

Dormillouse - Romans (1780 m) en 1985

Dormillouse - Romans (Septembre 1985)

______________________

 

Passer en plein écran en pressant la touche F11 de votre clavier

Dormillouse

Quelques bribes d'histoire ancienne

La tradition, rapportée par  Baridon (F), fait remonter la création de Dormillouse à l'an 524 de notre ère par une troupe de Lombards défaite par l'archevêque d'Embrun dans la vallée de la Durance. Celle-ci se serait réfugiée et installée à Dormillouse, en lui donnant son nom Dormil. Si la bataille et la défaite sont bien attestées, la création de Dormillouse à cette occasion paraît toutefois douteuse.

Certes, il y a bien un lieu-dit Serre Lombard - mais date-t-il de cette époque ? - sur l'ancien chemin à la limite du Parc National qui suit le torrent de même nom, mais c'est à peu près le seul toponyme de ce type dans la haute vallée. Par contre, les toponymes germaniques sont plus fréquents en aval, notamment sur le versant de la Poua (Les Roberts, les Houdouls, les Aujards), laissant plutôt penser à une implantation plus en aval.

Les recherches archéologiques en cours du côté de Faravel et dans le Vallon de Chichin ne confirment pas une arrivée de population à cette époque, du moins à ce stade des fouilles.

Le nom même du lieu - Dormil - formée de deux racines oronymiques pré-indoeuropéennes DOR + MEL, renvoie en fait 1000 ans en arrière à l'arrivée des peuplades ligures du 1er âge du Fer. Les autres toponymes emblématiques du secteur - Faravel, Palluel, Pinier - confirment l'installation de pré-indoeuropéens dans le secteur.

Les recherches archéologiques menées sur la Montagne de Faravel attestent cette arrivée de population au 1er âge du Fer (datation au 14C: entre 770 et 400 ans avant notre ère).

La toponymie permet de présumer la création contemporaine de Dormillouse à titre d'habitat permanent, mais difficile de conjecturer plus en l'absence de preuves tangibles issues de fouilles sur le site. Rien n'indique non plus la continuité ou non de l'occupation du lieu dans le temps. À peine, peut-on supposer une occupation gauloise ou/puis gallo-romaine, compte tenu de la présence à Faravel d'une cabane pastorale saisonnière entre 50 ans avant notre ère et 80 ans de notre ère - ou entre -100 et +100 selon l'indice de confiance.

Sources : voir la note sur le PCR "Occupation des sols ...".

L'occupation est certaine au Moyen Âge, Dormillouse (en 1401, 1478), Chichin (en 1401) et Faravel (dès 1170 et en 1401) sont connus et cités. Par contre, le site de la Bastie et les vestiges à Pra Gauthier, à l'ouest de Dormillouse, indiquent peut-être un autre lieu d'implantation. Les pentes du verrou sont défrichées par le feu à cette époque, comme l'indique leur nom, les Eyssards, caractéristique du défrichement à l'époque médiévale.

Le lieu-dit les Chazals sur le versant d'en face rappelle l'existence de constructions en cet endroit.

Bessat (H) et Germi (C) voient dans ce nom, signifiant maison en ruines, un témoin de l'habitat disparu. Les noms du patrimoine alpin, Atlas toponymique II, 2004.

 

  Fermer  
  Archéologie  

 

Première version Dernière version Dernière correction
Janvier 2005 Janvier 2005 Janvier 2013

 

 

Rome ne s'est pas fait en un jour,

ce site non plus !

Mais il faut bien commencer ...

Sortie

Version 1.00

Octobre 2004